Poids des Croyances et Histoires d’Aneries

L’Histoire : Poids de croyance

Un paysan avec trois de ses ânes se rendait au marché pour vendre sa récolte.
La ville était loin et il lui faudrait plusieurs jours pour l’atteindre.
Le premier soir, il s’arrête pour bivouaquer non loin de la maison d’un vieil ermite.
Au moment d’attacher son dernier âne, il s’aperçoit qu’il lui manque une corde.

« Si je n’attache pas mon âne » se dit-il, « Demain, il se sera sauvé dans la montagne ! »

Il monte sur son âne après avoir solidement attaché les deux autres et prend la direction de la maison du vieil ermite.

Arrivé, il demande au vieil homme s’il n’aurait pas une corde à lui donner.
Le vieillard avait depuis longtemps fait voeu de pauvreté et n’avait pas la moindre corde,
cependant, il s’adressa au paysan et lui dit :

« Retourne à ton campement et comme chaque jour fait le geste de passer une corde autour du cou de ton âne et n’oublie pas de feindre de l’attacher à un arbre. »

Perdu pour perdu, le paysan fit exactement ce que lui avait conseillé le vieil homme.

Le lendemain dès qu’il fut réveillé, le premier regard du paysan fut pour son âne.
Il était toujours là !Après avoir chargé les 3 baudets, il décide de se mettre en route, mais là, il eut beau faire,
tirer sur son âne, le pousser, rien n’y fit.
L’âne refusait de bouger !Désespéré, il retourne voir l’ermite et lui raconte sa mésaventure.

« As-tu pensé à enlever la corde? » lui demanda-t-il.

« Mais il n’y a pas de corde! » répondit le paysan.

« Pour toi oui mais pour l’âne… »

Le paysan retourne au campement et d’un ample mouvement, il mime le geste de retirer la corde.

L’âne le suit sans aucune résistance…

Ne nous moquons pas de cet âne. Ne sommes-nous pas, nous aussi, esclave de nos habitudes, pire, esclave de nos habitudes mentales et de nos croyances ?Demandez-vous quelle corde invisible et quelles croyances vous empêche de progresser…

En quoi croyez-vous ?

Dans notre vie, nous sommes tous animés par un ensemble de croyances et de convictions. Nous possédons tous une liste de choses implicites en quoi nous avons une ou des croyances inébranlables.
En fait, les croyances que nous avons tous se manifestent dans tout ce que nous faisons, disons, et même possédons ! Car c’est toute notre personne qui incarne notre « système » de croyances. Nos croyances sur la politique, la famille, les relations sociales, l’argent, le travail, ont une influence déterminante sur tout ce qui nous entoure !
« Cessez d’éclipser le soleil,
et il y aura beaucoup moins d’ombre dans votre vie. »
(Ralph Waldo Emerson)
Prenez le temps d’examiner vos croyances, listez les ! Et ensuite vous serez mieux équipez pour comprendre tous les résultats que vous avez obtenu dans votre vie.
Si vous avez certaines croyances, et que vous vous rendez compte que ces dernières ne vous rendent au final, pas de grands services dans votre vie, comme un boulet que vous auriez au pied, ou comme l’âne du paysan avec une corde attachée au cou…
Changez vos croyances, et vous changerez votre vie ! 🙂

8 réflexions au sujet de « Poids des Croyances et Histoires d’Aneries »

  1. Cet article me fait penser au livre numérique que sort l’américain Pat Flynn (son blog : http://www.smartpassiveincome.com/) intitulé « Let Go » !!
    C’est le même concept de sous-jacent, à ceci près…il s’agit des éléphanteaux dans les cirques qui sont élévés avec la patte attachée à un piquet dans le sol. En grandissant, ils n’essayent même plus d’arracher le piquet car étant petits ils en étaient incapables !! Même si une fois adultes ils pourraient l’arracher d’un simple coup de patte…ils sont conditionnés par cette limite mentale !! Tout comme cet âne dans cette histoire…tout comme nous tous plus ou moins selon nos croyances…à méditer 😉

  2. Merci pour cet article ! à moi, cela me rappelle plutôt l’aiglon qui a été élevé par une poule de prairie et qui n’a jamais pensé à pouvoir volé. L’esprit a un grand pouvoir sur nous, que nous en soyons conscients ou pas.

  3. On a tous une corde autour du coup. Cela s’appelle l’éducation. Et oui, elle est un poids dans notre vie de tous les jours. Et elle nous influence à chaque instant.

  4. Oui je suis entièrement d’accord, c’est ce qu’explique le sociologue Emile Durkheim, il appelle cette corde  » L’habitus » , même si dans sa thèse il insiste un peu moins sur le fait que cet Habitus nous empêche de faire certaines choses, mais plutôt nous conditionne et nous mène dans certaines directions plutôt que d’autres.
    Merci pour cet article ! 🙂

  5. je n’ai pas lu tous les commentaires mais vous me faite penser dans l’ensemble que c’est bien LOL. Avec des métaphores d’expliquer comment ne plus penser à la tour effel si on vous parle de Paris, de la couleur de votre voiture, si on vous dit ‘ »Ne penses pas ‘ » à la couleur de ta voiture.
    Je préfére l’histoire de cette femme qui régulièrement ouvre la fénêtre du train pour jeter de la poudre. Au bout d’un moment une des personnes assise demande pourquoi elle fait cela. Elle répond d’une voix douce et calme : »je jete de la poudre pour éloigner les éléphants ». Un silence se fait sentir mais la personne qui a posé la question lui dit : »Mais nous sommes en france il n’y a pas d’éléphant », et la dame toujours aussi calme avec un petit sourire lui répond : »vous voyez ca marche ».

  6. Disons que cette « corde autour du coup » comme vous dites se transmet de génération en génération tout en mutant : nos croyances dans l’économie de marché par exemple sont ancrées dans notre éducation. A voir des sociologues comme P. Bourdieu sur ce sujet qui apporte une vision objective sur ces structures structurantes subjectives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *